Atelier d’Anne

De la nature au poème visuel

Table de travail d'Anne Egli-Décombaz © photo Jean-Luc Schmalz

Table de travail d’Anne Egli-Décombaz © photo Jean-Luc Schmalz

« Au début de chacune de mes recherches il y a l’observation de la nature, selon la réflexion de Picasso: « Il n’y a pas d’art abstrait, on doit toujours partir de quelque chose ». J’approche chaque sujet par le biais de différentes techniques comme l’aquarelle, le brou de noix, le dessin, le fusain, pour essayer d’arriver à en trouver sa représentation visuelle essentielle, semblable au procédé de création d’un poème.

Dans ma recherche, j’essaie de dégager la quintessence d’un sujet qui me touche particulièrement. Au sens étymologique, la quintessence signifie le cinquième élément. Il vient après l’eau, la terre, le feu et l’air ; ces quatre éléments dont je m’inspire constamment.

Le poète saisit les mots dans l’essence même de leur signification. Il les sublime pour éveiller l’imaginaire et la sensibilité du lecteur. De la même façon, une peinture doit selon moi éveiller les sens du spectateur. Ce que je souhaite vous proposer sont des poèmes visuels. Certains poèmes ou certaines peintures sont plus explicites que d’autres, mais dans chacun d’eux la recherche du rythme joue un rôle important, comme dans une composition musicale.

Dans mes brous de noix ou mes dessins, le rythme recherché est celui des ombres et des lumières; dans mes aquarelles et mes peintures à l’huile, ce sont les couleurs qui expriment le rythme. Les poètes qui m’apportent de l’inspiration: Garcia Lorca, Paul Eluard, Tristan Tzara, Philippe Jacottet, Henri Michaux, Tomas Tranströmer et les Haiku japonais. Les musiciens: Bach, Igor Strawinsky, Alban Berg, Bela Bartók, Serguei Rachmaninov, Arnold Schönberg, Karlheinz Stockhausen, John Cage ».  Anne Egli-Décombaz