Biographie

Né en octobre 1949 à Oakland en Californie, John Ferguson est l’Américain par excellence. Il est ce qu’il fait et il fait tout. Après des études de philosophie et d’anthropologie dans l’Utah, il part à la découverte de l’Europe en 1973. C’est ainsi qu’il devient joueur de basket-ball à Nyon puis qu’il fréquente différents clubs de Suisse romande comme entraîneur. Parallèlement à l’enseignement de l’anglais et à l’écriture, il peint et expose régulièrement dans diverses galeries. On lui doit Ainsi parla Schmalz, rubrique célèbre du journal 24 heures, où il portait un regard nietzschéen sur les hommes. C’est notamment à cause de ce curieux hasard que nous nous sommes rencontrés.

 

 

 

 

 

 

 

Personnage unique et atypique, toujours droit dans ses bottes, Jon est sans compromis, impertinent à souhait, et pourtant si clairvoyant. Ce Californien charismatique, avant tout dévoreur de vie, sait laisser des traces sur son passage, avec son sens inné de la digression tendrement provocatrice. Que ce soit sous la forme du langage oral, de sa plume acérée ou de ses palettes de couleurs, il sait jouer de nous, nous entraîner dans un tourbillon de sentiments divers où l’on peut se reconnaître à chaque nouveau chapitre.

 

 

 

 

 

 

 

L’atelier de Jon, situé au sous-sol de sa maison, révèle une part de sa nature. Amoureux des couleurs vives, il peint souvent en musique. A la manière du chef d’orchestre, il fait jouer les couleurs dans une symphonie qui pourrait être celle de Tchaïkovski, dont il est friand. Lorsque l’inspiration picturale le quitte, il se déplace dans la pièce voisine où la souris et le clavier remplacent ses pinceaux et ses pigments.