Futur reportage


 

 

Avant ce départ, personne ne comprenait vraiment notre démarche. Nous étions traités d’inconscients, de pourfendeur de bon sens. Comment pouvait–on rejoindre une Tunisie qui vivait des heures agitées et faisait place à une insécurité notoire. Qui plus est, en nous rendant dans le grand erg oriental, tout au sud de la Tunisie, nos proches se demandaient si nous n’étions pas simplement entrain de défier les preneurs d’otages friands de ces horizons de sable offerts à perte de vue et de contrôle. Nous étions conscients qu’une méharée des temps modernes confronte l’homme, tâte le pouls de sa destinée et permet de déchiffrer ce Sahara où nous venions chercher des rencontres, une authenticité et surtout un regard épuré des filtres médiatiques.

 

 

 

 

 

 

© Emilie Muller, Jean-Luc Schmalz